Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association "1846"

Association "1846"

La fortification du XIXe siècle : connaître et partager

Porsmoguer : tour ou corps de garde ?

© Géoportail© Géoportail

© Géoportail

Parmi les réduits de batterie construits entre 1846 et 1862 sur les côtes finistériennes, celui de l'anse de Porsmoguer en Plouarzel n'est pas sans poser problème à l'historien de la fortification et à l'amateur éclairé. Il est en effet difficile de dire si le bâtiment situé en arrière de la batterie de côte de « Portzmoguer-Nord », qui défend les accès à cette grève, est un corps de garde défensif ou une tour crénelée.

Rappelons que les tours sont assez rares dans le programme des réduits type 1846, surtout sur la façade Atlantique. Pour des raisons d'économie elles sont souvent remplacées par des corps de garde de taille équivalente. Dans la région brestoise toutes les tours initialement prévues ont été remplacées (Illien, batterie de Quinze aux Blancs-Sablons, Kador, l'Aber, Ile Tristan, par exemple).

La batterie de Porsmoguer ferait-elle exception ? Prévue pour deux canons de 30 livres et deux obusiers de 22 cm, elle doit pourtant dès l'origine être dotée d'un corps de garde n° 3 pour 20 hommes. Cependant le bâtiment existant possède certains aspects typiques des tours crénelées type 1846 : présence d'un niveau inférieur, accès par le premier étage, fruit des murs. Pourquoi avoir alors adopté finalement un ouvrage plus complexe et a priori plus coûteux ?

La batterie de Porsmoguer et son réduit. Noter le terrain dominant en arrière.

La batterie de Porsmoguer et son réduit. Noter le terrain dominant en arrière.

La réponse est donné par le chef du génie de la place du Conquet lors de la présentation des projets pour l'exercice 1850-1851 : « Il n'y avait pas moyen de couvrir en même temps les maçonneries du bâtiment du côté de la mer et de défiler sa plate-forme supérieure du terrain qui la domine. Dans ce cas, il a fallu abandonner le type de corps-de-garde généralement appliqué, et le remplacer par une sorte de tour carrée, dont le rez-de-chaussée sera affecté aux accessoires et l'étage au logement. Les mâchicoulis flanquants sont placés à l'étage ». Ce plan hétérodoxe proposé est approuvé par le Comité des fortifications dans sa séance du 25 avril 1850. Le bâtiment est construit en 1852.

La principale entorse aux plans types est la suppression de la plate-forme crénelée à ciel ouvert, considérée comme trop exposée tant à d'éventuel assaillants côté terre que de tirs venant du large. Elle est remplacée par un simple toit plat. Les bretèches servant à éviter les angles morts sont reportées au niveau principal qui doit être surélevé par la présence d'un niveau inférieur. Si de ce fait l'aspect général est celui d'une tour crénelée, l'épaisseur des murs est toutefois celle d'un corps de garde, nettement inférieure. Il en résulte par conséquent un ouvrage hybride, ni tour ni corps de garde, mais toutefois clairement situé dans la lignée des réalisations de la commission de 1841.

Le corps de garde a été conçu sans terrasse défensive

Le corps de garde a été conçu sans terrasse défensive

Le cas du réduit de la batterie de Porsmoguer montre que dans le cadre du programme des réduits de batterie type 1846, et malgré le caractère normalisé de ces constructions, les officiers du génie gardent néanmoins la faculté d'adapter les ouvrages aux contraintes du terrain.

Propriété privée, visible depuis le sentier côtier.

Sources : Service historique de la Défense, Vincennes, archives du Génie (place du Conquet).

Partager cet article

Repost 0