Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association "1846"

Association "1846"

La fortification du XIXe siècle : connaître et partager

Batterie du Kador, Morgat

© Geoportail© Geoportail

© Geoportail

La batterie du Kador, dans l'anse de Morgat, est un bon exemple de site réutilisé à plusieurs époques.

Les guerres maritimes des XVIIe-XVIIIe siècles laissent deux batteries sur la pointe. Les ruines de la batterie haute, pour deux mortiers, subsistent toujours actuellement. Elle est attestée au moins depuis la première moitié du XVIIIe siècle. La batterie basse, pour trois canons, est plus tardive. Elle a été construite durant les guerres de la Révolution et de l'Empire.

L'ancienne batterie basse est remplacée en 1860-1861 par un ouvrage plus moderne. Il est prévu pour six canons de 30 livres ou obusiers de 22 cm et deux mortiers de 32 cm. Comme beaucoup de batteries de cette époque, elle reçoit un réduit. Il s'agit ici d'un corps de garde crénelé n° 2, pour 40 hommes.

Evocation de la batterie vers 1862

Evocation de la batterie vers 1862

Le corps de garde du Kador, contemporain des cinq autres de la presqu'île de Crozon (Roscanvel, Petit-Gouin, Rulianec, Postolonnec, l'Aber), reste assez proche du plan-type de 1846. Parmi les dispositions s'en éloignant :

- murs et voûtes épaissis pour pouvoir porter de l'artillerie légère en terrasse, ce qui le classe parmi les "corps de garde renforcés" ;

- présence probable d'un mur-traverse sur la terrasse afin de la défiler de la hauteur située en arrière ;

- corbeaux des bretèches biseautés vers l'extérieur pour augmenter leur champ de tir, une spécialité du capitaine de La Tour, chef du génie de la place Quélern de 1856 à 1861.

Le corps de garde de la batterie du Kador, extérieur et intérieurLe corps de garde de la batterie du Kador, extérieur et intérieur

Le corps de garde de la batterie du Kador, extérieur et intérieur

Les corbeaux biseautés du capitaine de La Tour, également visibles à Roscanvel, à Rulianec et à Postolonnec

Les corbeaux biseautés du capitaine de La Tour, également visibles à Roscanvel, à Rulianec et à Postolonnec

Le site est de nouveau remanié en 1895-1896. La batterie est modifiée pour recevoir quatre canons de 95 mm. Les emplacements des pièces sont séparés par des traverses pare-éclats abritant des niches à munitions, tandis qu'un magasin à poudre souterrain est creusé à l'extrémité est. Ces dispositions sont une réponse aux progrès de l'artillerie et des explosifs à la fin du XIXe siècle.

L'ancien corps de garde de 1861 est conservé comme magasin annexe pour les obus, mais perd le parapet de sa terrasse qui le rendait trop visible du large.

Cet ouvrage ne devait pas rester isolé, mais la batterie lourde qu'il complétait, prévue dans les environs de l'ancienne batterie haute, n'a jamais été construite. Il est abandonné après le début de la Première Guerre mondiale.

Evocation de la batterie vers 1903

Evocation de la batterie vers 1903

Vues actuelles de la batterie de 95 mm. L'entrée du magasin à poudre à droite est bétonnéeVues actuelles de la batterie de 95 mm. L'entrée du magasin à poudre à droite est bétonnée

Vues actuelles de la batterie de 95 mm. L'entrée du magasin à poudre à droite est bétonnée

La batterie devient propriété de la commune de Crozon en 1968.

De nos jours le site est ouvert à tous. On y accède via le sentier côtier, qui traverse la batterie basse et l'ancienne batterie haute. Seuls les magasins à poudre du réduit et le magasin sous roc sont fermés par des grilles : les lieux sont des refuges pour les chauves-souris (grands rhinolophes) !

Pour en savoir plus, voir le dossier consacré à la défense de l'anse de Morgat dans la revue Avel Gornog de 2006.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :